Acheter, jeter, répéter.

Urnes funéraires pour animaux
Urnes funéraires pour animaux
7 juin 2018
L’ours noir du Québec
29 janvier 2019

Acheter, jeter, répéter.

Acheter jeter répéter

De nos jours, les objets que l’on achète pour notre intérieur ont une durée de vie de plus en plus courte. Il semblerait que leur apparence esthétique dans les magasins se modifie constamment. Un magnifique batteur sur socle (dont je vais taire la marque) que j’ai payé rubis sur l’ongle il n’y a pas si longtemps, n’a déjà plus de pièces disponibles pour sa réparation : les fournisseurs ont changé l’attachement.

 

Et ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres… Qui n’a pas un jour décidé d’acquérir un magnifique fauteuil “en cuir”, à une époque où c’était populaire, pour ensuite le voir tranquillement mais sûrement s’écailler, puis peler? Comme si un immense coup de soleil avait fini par le brûler!

 

J’ai récemment fait des recherches sur ce phénomène d’actualité, dont je souhaite vous partager aujourd’hui les fruits.

 

Acheter, jeter, répéter.

Lors de la révolution industrielle des années 20, l’invention de la machine et de la chaîne de montage automatisée a permis une production plus intensive de l’objet, à un coût bien moindre. Bonne nouvelle, me direz-vous? Pour le consommateur, ça semble évidemment parfait! Mais pour le producteur, il en va autrement. En fait, ces machines sont beaucoup plus efficaces et produisent plus que ce que nous pouvons consommer. La solution du marché : l’obsolescence programmée. Autrement dit, une durée de vie limitée, contrôlée afin d’obliger le nouvel achat, le remplacement du produit. Créer le besoin par obligation demeure le seul moyen d’obtenir une vente assurée, semble-t-il. Un tournant décisif se produit avec l’application de ce principe. L’objectif de la consommation n’est plus de répondre à un besoin, mais bien de « créer » le besoin pour l’objet produit. Croître pour croître, créer pour justifier un besoin. Ce qui a pour conséquence de générer un préjudice économique. Désormais, on ne travaille que pour consommer plus, ce qui paraît une impossibilité… jusqu’à la disponibilité du crédit!

 

Au départ, cette politique s’appliquait aux ampoules électriques;  mais nous pouvons maintenant observer son impact dans toutes les sphères modernes de la consommation. L’exemple le plus flagrant se situe dans l’électronique : ordinateurs, téléphones intelligents, téléviseurs, etc. Même si vous souhaitez garder votre ordinateur le plus longtemps possible, celui-ci deviendra inexorablement désuet, et dans l’incapacité de se connecter à l’Internet. Il ne sera plus qu’un simple dactylo électronique, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’imprimante compatible disponible.

 

La mauvaise nouvelle, c’est qu’avec près d’un siècle sous ce régime, nous devons maintenant faire face à une conséquence magistrale sur l’environnement : les déchets s’accumulent trop rapidement. Nous prétendons recycler, mais dans la réalité, ce n’est pourtant qu’un infime pourcentage de ce que nous utilisons qui est possiblement recyclé. Le reste est tout simplement jeté, empilé ou envoyé dans des pays en développement. Des montagnes et des montagnes de détritus inutilisables!  Avec le terrible impact du plastique sur nos océans, il est grandement temps de changer nos habitudes de consommation.

 

Savez-vous dans quel but est maintenant conçu un produit de consommation? Non pas selon son utilité ou sa longévité mais bien selon son esthétisme et son pouvoir de séduction! Selon la mode du moment, sa qualité de pouvoir susciter l’envie et le désir, avec l’objectif ultime d’instaurer le besoin d’acheter. Parce que dès que la mode passera, l’objet nous apparaîtra “vieux” ou “démodé”, peu importe son utilité.  Nous aurons alors l’impression de DEVOIR le remplacer. Un cycle infernal s’est immiscé dans nos vies : “ACHETER/ JETER/RÉPÉTER!!!

 

Mais nous pouvons par contre y remédier en investissant dans le durable, en consommant moins, en effectuant l’entretien et en économisant.  Au début du siècle dernier, un couple qui débutait dans la vie s’équipait d’un “ménage” sans penser à vouloir tout remplacer à court terme.  Depuis, le désir a remplacé le besoin.  L’heure est venue de reprendre le contrôle de notre consommation et de modifier notre style de vie pour l’avenir.

 

Chez Meubles SGL, nous sommes parfaitement conscients de ces enjeux et avons à cœur de contrer cette dynamique malsaine et lourde de conséquences. Dans le but de construire un monde meilleur pour la génération suivante, il est primordial de modifier nos comportements dès maintenant! Pour ce faire, nous avons décidé de construire des meubles solides et attrayants avec des matériaux recyclés et conçus de façon écologiquement responsable. Nous vous rencontrons individuellement pour connaître vos besoins et vos goûts afin de vous proposer un produit personnalisé et adapté à votre style de vie. L’utilisation intelligente de l’environnement nous tient à cœur! La fabrication de votre meuble s’effectue sans excès ou perte inutile, avec l’intention  de vous satisfaire pleinement et pendant très longtemps. Passez nous voir! Nous croyons fermement avoir un début de solution à vous présenter. Ensemble, on peut vraiment faire la différence!

 

Avec Meubles SGL… vers une consommation responsable!

6 Comments

  1. Anne-Sophie Ladouceur dit :

    Wow ! J’aime bien votre texte.

  2. Sorin dit :

    Thanks a lot for the post.Really thank you! Much obliged.

  3. Claire Noel dit :

    J’aimerais bien laisser pour le concours du miroir de 70 pouces mais je ne sais pas où le laisser…Je prends une chance ici…Il est vraiment magnifique ce miroir je souhaite bonne chance à tous….

  4. Sylvain dube dit :

    Le miroir est magnifique…vraiment

  5. Sonya brault dit :

    Salut j’adore ton travail vraiment magnifique et j’apprécie le respect que tu à pour le bois… une forme de spiritualité entre toi et tes oeuvres … bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *